Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mai 2014 3 28 /05 /mai /2014 02:32

1)Iris ou Pogoniris:

-Pogoniris Elatae:

Plante herbacée, rustique vivace à rhizomes. Ces l’une des plantes les plus populaire en Europe. Les espèces original, sont devenus rare, et ce sont surtout des hybrides naturel au qu’elle nous avons a faire. C’est plante supporte bien des extrêmes, du moment qu’elles sont plantées en petite bute. Les rhizomes sont plutôt charnues. Les feuilles sont larges et engainantes. Mais le plus spectaculaire ce sont les fleurs. C’elle ci ont un sépale colorée, ce qui leur donne un aspect ornemental très intéressant. De plus une barbe, plus ou moins colorée semble indiqué au insectes la direction du centre de la fleur. A notée que les inflorescences de ces iris ne sont pas employée par les fleuristes car elles ne dure que peu de temps. Les fleurs apparaissent d’avril à juin.

-Multiplication :

La multiplication des iris Elatae, et des plus simple. Elle a lieu entre septembre et novembre. Il suffit de procédée a l’éclatement de la mottes et de divisée les tiges souterraines. Il vous suffira en suite de sélectionné les plans les plus vigoureux et de les re-plantée.

Terre : drainée

Luminosité : Soleil

Eau :  drainée

Division : Septembre à Novembre

Température :-16

A) Iris Albertii ou Karpoute ou Atropurpurea: Regel 1877

Groupe Pagoniris série Elatae. Iris Albertiei, est originaire d’Asie centrale, Turkestan, Kazakhstan montagne de Fergana. Il s’agit certainement d’un ancien hybridogéna. On parle d’un iris Germanica dit historique. Plante herbacée vivace, rustique, à rhizomes. Iris Albertii, est une espèce sauvage. On trouve ses stations en rocailles. Il apprécie le soleil comme la mi-ombre.

Les rhizomes sont stolonifères typiques de la série Elatae, ils sont impossible à distinguer des autres espèces.

Les tiges souterraines son semi-enterrés, elles courent sûr la surface du sol. Il est riche en amidon, une importante chevelure de racines secondaires le fixe au sol.

Les feuilles sont ensiformes, caduques, de couleurs vertes grises, environ 40cm. Le feuillage forme des touffes ornementales. Les hampes sont droites, ramifiées elles portent de nombreuses inflorescences.

Les fleurs apparaissent de mi-avril, à mi-mai, toutefois c’est un iris qui peut refleurir en automne. De couleur lavande à violet, les fleurs sont veinées de brun rougeâtre sur le manche, les sépales et les pétales. La barbe est blanche, à en-tête jaune. Notez un agréable parfum de ces fleurs.

Cet iris possède une crête rudimentaire qui intéressera tous les collectionneurs.

Iris Albertii ne présente pas de difficultés de cultures, il est à la portée de tous.

On peut compter une forme iris Albertii :

-Iris Albertii dit forma Erythrocarpa.

Deux cultivars :

-Iris Albertii Semperflorens.

-Iris Albertii Jauni Hakan.

Quand aux hybrides issus de l’iris Albertii, nous vous en proposons trois:

-Iris Albertii Chamian.

-Iris Albertii Cymbeline.

-Iris Albertii Octavia.

Les limaces doivent être tenues éloigner des jeunes plants.

Iris Albertii est assez proposé à la vente, mais il devient rare, les pépinières préférant ses hybrides.

Chromosomes :2n=24


B) Iris Albican ou cimetière: Lange 1860

Groupe Pagoniris série Elatae. Iris Albican, se rencontre à l’état naturel depuis la péninsule Arabique, jusqu’au pourtour méditerranéen. Plante herbacée, vivace, rustique à rhizomes. Iris Albican est de type Germanica, comme iris Flavescens, il est une espèce à lui seul, bien qu’il s’agisse d’un hybridogéna. C’est un iris, qui comme tous les barbus se plait en zone sèche, garrigue et terrain pauvre.

Les rhizomes sont typiques de la série Elatae, il court sur la surface du sol, notez qu’il est plus petit que les autres espèces de la série. Par sa taille on peut parler d’un iris proche des intermédiaires.

Les feuilles sont engainantes, de couleur gris vert, plus basse que la hampe florale, environ 25cm, à 30cm, elles ont tendance à se tordre.

Les fleurs apparaissent de mi avril à mi mai. Elle vont du blanc au bleu ciel, selon leur origine. La barbe est de couleur jaune orange, sur un sépale veiné. C’est un iris très tôt utilisé, depuis la haute antiquité, il s’agit peut être du premier iris en culture.

On parle avec iris Albican d’un transfuge, ou d’un iris « voyageur », car ces stations originales se trouvaient en Arabie Saoudite et au Yémen. Peut être au cour, d’échanges commerciaux, ou de conquête, il fut introduit d’abord dans les îles Grecques, entre –500 et 0 avant jésus christ. Son isolement prononça sa couleur blanche d’où le nom de cette variété iris Albican Alba. Les hybridogéna sont nombreus, il faut noter surtout les deux types originaux :

-Iris Albican Alba, fleur aux couleurs blanche originaire d’Arabie Saoudite et Grèce.

-Iris Albican Var Madone, aux couleurs bleu ciel, lavande, c’est l’original, en provenance du Yémen.

Iris Albican est souvent proposé à la vente. Les rhizomes de cet iris sont très sensibles à l’humidité. Il est donc important qu’il soit planté et drainé. Les limaces attaquent souvent les jeunes nouvelles pousses dont elles sont friandes.

Chromosomes 2n=44 voir24

 

-Iris Albican de Grèce Alba :

Groupe Pogoniris série Elatae, Ont le rencontre à l’état naturel dans certaine îles Grecques. Il est plus blanc que l’espèces souche. Il s’agit du même transfuge, quelques siècles précédent la conquête de l’islam.

 Présence de l’iris Albican en France.

Iris Albican profil

C) Iris Aphylla ou Nudicaulis ou Benacensis ou Bohemica ou Furcata ou Hungarica ou Polonica: Linné 1753

Groupe Pagoniris série Elatae. On ne sait pas vraiment d’où est originaire l’iris Aphylla, on trouve des stations dans les Alpes jusqu’au Caucase. Plante herbacée, vivace, rustique à rhizomes. Iris Aphylla est une plante qui peut pousser à peu près partout. On le trouve en prairie, au bord des routes, chemins…mais surtout en rocaille. Ces stations naturelles sont en recul et dans certain pays elle est devenue une plante rare.

Iris Aphylla est très proche d’iris Plicata, ainsi que de nombreux autres Elatae. Ont trouve de nombreux hybridogéna de ces espèces d’où les nombreux synonymes.

Aphylla vient du Grec signifiant « sans feuilles » en référence à l’absence de feuilles de la plante en hiver, celles-ci sont donc caduques.

Les rhizomes sont épais, avec plusieurs bourgeons. Quelquefois le rhizome produit 2 hampes florales.

Les feuilles sont engainantes et larges, environ 30cm à50cm, souvent plus longue que les hampes florales. Elles sont de couleur vert foncé, puis plus claire à maturité. C’est un iris bas, dont l’une de ses particularités, est d’avoir une hampe avec un embranchement, très bas.

Les fleurs s’épanouissent fin avril début mai, d’un diamètre de 4cm à 7cm. De couleur généralement mauve, elles peuvent aller vert le bleu ou le violet vineux. Les sépales sont très nervurés. La barbe est de couleur orangé sur la partie supérieure du sépale, et blanchi progressivement. C’est un iris au parfum très agréable. Il faut noter qu’une floraison secondaire peut avoir lieu en automne, moins spectaculaire. C’est une plante que les polynisateurs aiment à visiter.

C’est un iris très rustique et facile, il ne pose pas vraiment de problèmes de culture. Certain font de ces synonymes des variétés d’iris Aphylla qui aurais évolués en fonction de leurs lieux géographiques :

-Iris Hungarica, originaire de Hongrie, il a des feuilles plus petites.

-Iris Bohemica, originaire de Bohéme et des Balcan.

-Iris Furcata

-Iris Melzeri

-Iris Polonica, originaire de Pologne, les fleurs sont plus veinées.

-Iris Perriére, lui il est reconnu désormais comme espèce 2n=24.

Il faut noter que l’iris Aphylla serait à l’origine des iris intermédiaire. Très productif, nous vous conseillons de le tenir assez éloigné des autres espèces barbus pour éviter des hybrides naturels. Bien que résistant l’iris Aphylla craint les limaces comme beaucoup d’autres iris.

Chromosomes :  2n=40 48

Iris Aphyla profil 

D)Iris Babadagica : Rzazade et Goln

Groupe Pagoniris série Elatae. Iris Badadagica, est originaire du Caucase, des montagnes de Badadag, d’où lui viens sont nom. Plante herbacée, vivace, rustique à rhizomes. Iris Badadagica est de type Germanica, c’est un iris, qui comme tous les barbus se plait en zone sèche, garrigue et terrain pauvre.

Iris Badadagica, à des rhizomes similaire au barbus bien que ce soit une plante basse.

Les feuilles ne sont pas haute, à peine 10cm à 15cm, plus basse que la hampe. Elle sont caduque et disparaissent en hivers et quelques fois en été. De couleur vert gris, elle sont engainantes.

La hampe porte deux inflorescences maximum. Les fleurs apparaissent de mi avril à mi mai. Elle sont  de couleur violet à mauve. Les pétales sont violet vineux, veinés à leurs bases. Le sépale est plus foncé que le pétales, veinés au manche. La barbe est blanche est garnie.

Iris Badadagica est très proche de l’iris Aphylla, certain considère qu’il serrait une forme de celui-ci. Pourtant il est bien une éspèce distincte. Il faut noté une forme blanche dit Alba.

Iris Badadagica est rare, ont ne le trouve pas à la vente. Pourtant il ne pause pas de problème de culture. Pourtant, nous devons vous signalé, que les rhizomes de cet iris sont très sensibles à l’humidité. Il est donc important qu’il soit planté drainé. Les limaces attaquent souvent les nouvelles pousses dont elles sont friandes. C’est un iris à conseillé au collectionneurs.

Chromosomes :2n=40

 

E) Iris Belouinii ou Biliotti: Boissier et Cornuault 1915

Groupe Pagoniris série Elatae. Iris Belouinii, est originaire du Maroc et d’Algérie. Plante herbacée vivace, rustique, à rhizomes. Ces un iris que l’ont à longtemps assimilée au Germanica. Aujourd’hui encore, des classement l’affiche comme sous espèce. C’est les activités humaine qui ont permis la dissémination de cette espèce. En effet il était courant de cultivée cette iris dans les oasis du Maroc et d’Algérie.

Le nom d’iris Belouinii viens de Bois et Mais, fusion des deux mots. C’est une plante que l’ont peu déjà qualifier de semi désertique.

Les rhizomes sont stolonifères typiques de la série Elatae. Noueux, fibreux, et nombreux il massif et épais.

Les feuilles sont ensiforme, caduque, de couleur glauque, elles ne mesure pas plus de 40cm. Il faut noté que toute la partie végétale ce met en dormance en période éstival.

La tige est de 90cm à 1m, ce qui contraste fortement avec les feuilles, qui reste basses. Elle expose ainsi ces fleurs au polynisateur, et au vents, tout en protégent ces feuilles des bourrasque. Ont compte 2 à 3 branches par hampes, chaqu’une d’elle à de 2 à 3 inflorescences. Les fleurs s’épanouissent en mai, elles sont de couleur violet à violet claire. Ont note sur le sépale une ligne bleu pâle qui par de la barbe. Le manche est blanc, veinés d’ocre. La barbe est blanche avec une pointe jaune.

Comme tout les Elatae, iris Belouinii, ne pause pas de problème de culture, si ce n’ai une fragilité a l’eau.

Iris Belouinii, est aujourd’hui absent à la vente car devenus rare.

Chromosomes : 2n=48

 

F) Iris Biflora ou Subbiflora ou Lisbonensis ou Red Iris: Brokero 1804

Groupe Pagoniris série Elatae. Iris Subbiflora est originaire du sud de la Péninsule Ibérique, sud de l’Espagne et du Portugal. Plante herbacée, vivace, rustique à rhizomes. C’est une plante basse qui se plait en rocaille et en bordure, bien drainées.

Les rhizomes sont épais, et homogènes, avec plusieurs bourgeons très ramifiés. Très petit par rapport aux autre Elatae, se qui fait penser à un Pumilae. Il ont une agréable odeur quand on les coupes. Quelquefois le rhizome produit 2 hampes florales.

Les feuilles herbacées semi-caduques, engainantes et larges, elles forment de jolie éventails. Elles aussi sont de petite taille, entre 20cm et 30cm, rappelant les iris Lilliputs. Avec iris Subbiflora on peut parler d’une espèce naine. La hampe florale est courte et porte 1 fleur qui apparaît en avril.

Les fleurs ont un diamètre de 8cm, correct pour un Elatae, avec une architecture typique. De couleur bleu à violet avec une barbe jaune, elles ont vraiment un aspect sauvage. C’est un iris qui dégage un parfum fort agréable. Les capsules apparaissent à mi juin et sont dispersées par les animaux ou tout simplement se répandent à proximité des plantes mère. Les variantes de cet iris sont nombreuses. Les noms de cette plante nous font voyagés à travers l’Europe. Sachez que certain classe cette espèce comme Pumilae.

C’est un iris qui fut très tôt cultivé par les horticulteurs, qui l’utilisèrent pour l’hybridation. Aujourd’hui on le trouve encore à la vente, bien que beaucoup le considère comme dépassé.

Iris Subbiflora ne pose aucun problème de culture, si ce n’est comme la plupart des iris , l’attrait des limaces pour ces jeunes pousses.

Chromosomes :2n=40


 

G) Iris Bioletii: Bioleti 1888

Groupe Pagoniris série Elatae. Il s’agit d’un hybridogéna de Germanica originaire de la mère Noir. Sont nom est un hommage à Bioletti Albert 1888. Plante herbacée, vivace, rustique à rhizomes. Iris Bioletii est un iris de rocaille qui aime les sols calcaire drainée.

Les rhizomes sont ramassé épais, typique des barbus. Ils sont stolonifères, et résistant

Les feuilles sont engainantes, pas plus de 40cm de hauteur. Elles sont nombreuses et formes de jolies touffe. On peut parler d’un iris intermédiaire.

La hampe contraste avec le feuillage, elle le dépasse largement environs 60cm. Elle est ramifié et porte jusqu’à 5 inflorescences. Les fleurs s’épanouissent en mai, elles sont de couleur violet, avec une barbe orange sur le sépale.

Iris Bioletii serrait un hybride de Germanica et Pallida dont l’origine ce perd dans l’histoire. Les classement ne font pas de cette iris une espèce mais, nous nous devions de la signalée.

C’est une plante qui ne naisésisie pas de culture particulière. Si ce n’ai le même entretiens que les barbus.

Iris Bioletii n’ai pas distribué à la vente mais on peut l’observée dans de nombreuses collections.

Chromosomes : 2n=44

 

H) Iris Buriensis ou Plicata ou Commun 2 : De Bure 1822

Groupe Pagoniris série Elatae. Iris Buriensis est originaire d’Europe, ont ne sait pas vraiment d’où ! Souvent classé sous l’espèce Germanica intermédiaire. Il est présent partout. C’est  De Bure, en 1822 qui enregistre ce Plicata. L’espèce prend le nom d’iris Plicata et iris Buriensis. De Bure encourage sa prolifération et son emploi. C’est une plante qui se plaie en rocaille et en bordure. Plante herbacée, vivace, rustique à rhizomes. C’est vraiment une espèce type de la série.

Les rhizomes sont épais, et homogènes, avec plusieurs bourgeons très ramifiés. Ils se développent après la floraison. Ils ont une agréable odeur quand on les coupe. Quelquefois le rhizome produit 2 hampes florales.

Les feuilles herbacées semi-caduques, engainantes et larges, elles forment de jolis eventails. D’une hauteur d’environ 60cm à70cm, les feuilles sont souvent moins longues que les hampes florales. Elles sont de couleur vertes grises, puis plus claire à maturité. Mais il faut noter deux variétés issu de l’hybridation dont les couleurs sont bicolores. La hampe florale est de 70cm à 1m, et porte de nombreuses fleurs jusqu’à 4.

Les fleurs s’épanouissent fin avril début mai, d’un diamètre de 4cm à 7cm. Elles sont petites et donnent vraiment une allure sauvage à la plante. On note deux couleurs (d’où son nom Plicata) violet foncé à bleu foncé sur les chutes, et violet claire à bleu claire pour les pétales. Les sépales portent une barbe de couleur orangé sur la partie supérieure, et blanchi progressivement. On peut remarquer sur le manche des veines de couleur jaune, vert à blanche. C’est un iris au parfum très agréable. C’est une plante que les polynisateurs aiment à visiter. Les capsules apparaissent à mi juin et sont dispersées par les animaux ou tout simplement se répandent à proximité des plantes mère.

Debure séléctiona des plantes à grosses fleurs, et ouvrit la voie aux hybridations et aux diverses variétés des iris barbus.  Ce fut également la première variété d’iris de jardin vendu dans le commerce, à l’époque. Comme pour l’iris Pallida il fut utilisé, dès les débuts du chemin de fer, le long des voies pour que leurs longues tiges souterraines retiennent le ballast.

Avec iris Buriensis Plicata, nous avons à faire a une autre confusion : Son nom même « Plicata » défini chez les hybrideurs, la différence de couleur ou de ton entre les pétales, et les chutes (Sépales). D’autre parlent d’iris Buriensis comme d’un hybride, ou un hybridogéna d’iris Aphylla ou Pallida. Du froid au chaud elle s’adapte et vous rappèle chaque année par ces fleurs que l’on n’a pas besoin d’être un hybride sophistiqué pour être belle. C’est une plante que l’on trouve facilement, demandez un rhizome à un voisin. En effet c’est le seul moyen d’en avoir, car on ne la trouve pas à la vente.

Chromosomes: 2n=24

Iris Buriensis Plicata Commun 2 profil 

I) Iris Cengialti: Foster 1886

Groupe Pagoniris série Elatae. Iris Cengialtii, est originaire du sud des Alpes, plus précisément d’Italie, est de Slovénie. Plante herbacée vivace, rustique, à rhizomes. Iris Cengialtii, est une espèce sauvage. On trouve ses stations en rocailles, talus drainés.

Les rhizomes sont stolonifères typiques de la série Elatae, ils sont épée et fibreux. Les tiges souterraines son semi-enterrés, elles courent sûr la surface du sol. Il est riche en amidon.

Les feuilles sont ensiformes, caduques, de couleurs vertes grises, environ 45cm. Le feuillage forme des touffes ornementales. La hampes peu atteindre 70cm de haut et avoir un branche.

Les fleurs apparaissent en mai, et sont de couleur bleu violet à lavande comme passé à la javel d’ou sont nom : « Cengio alto iris » iris javel. La barbe est blanche mais quelques fois elle peut être jaune. C’est un iris parfumé de très belle tenus ?

Certain le donne comme sous espèce de Pallida. C’est en ces termes qu’il est classé.  Nous nous vous le pressentons comme espèce car c’est stations sont très démarqué des Pallida.

Iris Cengialtii est peu distribué, ont le trouver facilement dans les parc naturel ou il est protéger. Bien que sa culture ne pause pas de problème, c’est un iris qui sera a conseillé a des collectionneurs.

Chromosomes : 2n=24


J) Iris Croatica ou Perunika: Horvat 1956

Groupe Pagoniris série Elatae. Iris Croatica est originaire des côtes Croate, mais on le trouve également en Slovénie et dans les montagnes autour de Zagreb. Plante herbacée, vivace rustique à rhizomes. C’est une plante sauvage.

Les rhizomes sont larges, épais, et homogènes.

Les feuilles engainantes et larges d’environ 30cm à 70cm de hauteur. Nombreuses, elles sont caduques.

La hampe florale, est très ramifiée, et produit de nombreuses inflorescences. Les fleurs sont plutôt bleu, avec un diamètre de 7cm. Les pétales toujours plus clairs, de bleu à violet. Les sépales du bleu à violet mais avec quelquefois des veines bordeaux sur le manche. La barbe est jaune à la base puis blanche. C’est un iris au parfum agréable, dont les polynisateurs aiment à visiter.

Iris Croatica est considéré comme la fleur nationale de croatie.

Beaucoup le confonde avec un Germanica, certes il peut s’agir d’un ancien hybridogéna, mais il est très différent des Germanica. En particulier sur ces inflorescences, qui ont des forme intéressantes.

Iris Croatica, ne pose pas de problèmes de culture. Il est résistant aux différences de températures. Evitez la présence des limaces qui grignoterons les jeunes pousses. Iris Croatica est très employé par les jardiniers et vous n’aurez aucun mal à vous en procurez.

Chromosomes : 2n=48


K) Iris Cypriana : Backer et Foster 1888

Groupe Pagoniris série Elatae. Iris Cypriana, est originaire d’Europe centrale. Plante herbacée vivace, rustique, à rhizomes. C’est une plante qui aime la rocailles. Avec iris Cypriana, ont est vraiment devant une espèce sauvage. Ont pourrais l’assimilé à une forme ou un hybridogéna de l’iris Germanica, or ce derniers, dispose de 44 chromosomes maximum, iris Cypriana 48, ce qui le classe comme espèce. D’autre botanistes ont suggéré qu’iris Cypriana pourrait être une variante de l’iris Trojan, mais la plupart du temps, il est souvent comparait à Pallida.

Les rhizomes de l’iris Cypriana sont horizontaux, et long. Ils sont de même forme que les iris barbus. Rien ne peu les différencier des autres espèces de la série. Les racines secondaires sont nombreuses et s’étales autour de la plante jusqu’à 25cm.

Les feuilles sont herbacées, et disposaient en eventailles. Elles se développe jusqu’à 70cm, et sont très vigoureuses. Durant l’été les feuilles sèche et disparaissent.

La hampes est branchue et chaque division peu portés de 3 à 4 inflorescences. C’elles ci s’épanouissent en mai. La fleurs a des formes variables. De lavande à violet foncé, ce qui ne facilite pas sa reconnaissances. Pour ne pas la confondre avec l’iris Pallida, quelques caractéristiques des deux espèces sont à noté : Le tube floral de Pallida est plus court, et l’iris Cypriana à les ovaires plus long.

Le nom Cypriana, est souvent utilisée chez les iris il faudra donc dissocié l’espèce des hybrides.

La culture de l’iris Cypriana n’ai pas si éloignée des autres espèces à barbe. Pourtant elle est quelques peu délicat. Iris Cypriana est une plante qui met du temps à s’installée, de plus la disparition de ces feuilles en période estival permet au autres espèces végétales de l’envahir, et l’étouffe jusqu’à sa disparition.

Iris Cypriana, est un iris que l’ont trouve facilement à la vente. Il faut noté que la forme disponible porte le nom  « Iris Cypriana Tarsus ».

Chromosomes 2n=48

iris cypriana

L) Iris Flavescens ou Iris jaunissant: Delile 1936

Groupe Pagoniris série Elatae. Iris Flavecsens serait une espèce du Caucase, d’après« Flora Europea », certainement un hybridogéna. Plante herbacée, vivace rustique à rhizomes. Iris Flavescens se plait à peu prés partout sauf en zone humide.

Les rhizomes sont larges et très résistants, pourvue de nombreuses racines secondaires.

Les feuilles engainantes sont plus nombreuses et longues que certain autre iris de la série, entre 40cm et 70cm.

Les hampes sont très ramifiées et portent de nombreuses fleurs, entre 7cm et 8cm . Il s’agit d’une espèce botanique et on le reconnaît par la taille de ses fleurs, à peine 7cm de diamètre. De couleur jaune clair, voir délavé, avec des nervures sombres sur le sépale. Ses fleurs sont agréablement parfumées. Malgré la petite taille de ses fleurs, iris Flavescens a une très belle tenu. Conseillé par les jardiniers en bordure ou en rocaille, il est passé de mode. Peu proposé à la vente si se n’ai hybridé.

Iris Flavescens est très résistant aux différences de températures. C’est une plante qui ne pose pas de problèmes de culture. Néanmoins les jeune plants sont très prisés des limaces.

Il faut noter qu’il y a une variété, de couleur violet, nommée iris Flavescens violacéa. Attention aux confusions régulières d’espèce, ainsi les Anglo-saxon confondent iris Lutescens, iris Suaveolens, avec iris Flavescens.

Chromosomes  2n=24

Iris flavescens1 

M) Iris Florentina ou Fleur blanche de Luce ou Armes de France : Linné 1759

Groupe Pagoniris série Elatae. Iris Florentina, est originaire du sud de l’Europe, mais il s’est naturalisé sur le pourtour de la Méditerranée, jusqu’en Inde. Il s’agit certainement d’un anciens hybridogéna. On parle d’un Germanica dit  historique. Plante herbacée, vivace, rustique à rhizomes. Iris Florentina est une plante sauvage, qui est cultivée, notamment en Italie où elle est très présente.

Les rhizomes sont stolonifères typiques de la série Elatae, se qui les rend impossible à identifier quand la plante n’est pas en fleur. Semi enterrés, les rhizomes de l’iris Florentinail courent sur la surface du sol. Ils contiennent beaucoup d’amidon mais surtout de l’isoflavone et des huiles essentielles très recherchées en parfumerie.

Les feuilles sont engainantes, de couleur gris vert, environ 30cm, à 70cm. Il est du type intermédiaire. Le feuillage peut-être persistant. Les hampes florales sont droites, ramifier et portent de nombreux inflorescences.

Les fleurs apparaissent de mi avril à mi mai. Elles vont du blanc pur au bleu ciel. La teinte de la fleur change selon le temps, elle tire vers le bleu. La barbe est de couleur jaune orangée, et on peut remarquer sur la base du manche des veines vertes.

Toutes ces stations dans les autres pays où il s’est naturalisé durant des siècles, on soit disparue, soit elles sont en recul.

Iris Florentina est le symbole de la ville de Florence, depuis plusieurs siècles. On cultivait en Italie son rhizome pour le parfum (il rentre notamment dans la composition de Chanel n°5). Attention il est peu digeste et entraîne de fort mots de ventre.

C’est un iris que l’on trouve encore à la vente, mais qui devient rare, pourtant il ne pose pas de problèmes de culture.

Les limaces attaquent souvent les jeunes pousses dont elles sont friandes. 

 

Chromosomes :2n=44 Tétraploides

 

 Iris Florentina profil

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by juan rrjuan2@hotmail.com
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : dictionaire des iridacée
  • : description des iridacées
  • Contact

Recherche

Liens